Farago France > Le Blog > Formation des formateurs en biosécurité en élevage détenant des suidés (porcs, sangliers)
22 janvier 2019

GDS France propose une formation des formateurs en biosécurité en élevage détenant des suidés (porcs, sangliers)Formation des formateurs en biosécurité en élevage détenant des suidé (porcs, sangliers)

□ 17/01/2018 à Paris 12
(GDS France 37 rue de Lyon)
□ 22/01/2018 à Lyon 07
(Agrapole, 23 rue Jean Baldassini)
□ 24/01/2018 à Toulouse
(Chambre Régionale d’Agriculture Toulouse-Auzeville)


Que signifie la biosécurité ?
Les mesures de biosécurité réduisent les risques d’introduction d’agents pathogènes dans l’élevage (externe) et de diffusion au sein de l’élevage (interne).

Arrêté du 16 octobre 2018 relatif aux mesures de biosécurité applicables dans les exploitations détenant des suidés dans le cadre de la prévention de la peste porcine africaine et des autres dangers sanitaires réglementés

Que dit l’arrêté ?

L’arrêté du 16 octobre 2018 définit un ensemble de mesures de biosécurité applicables dans les exploitations détenant des porcs ou sangliers.
Il prévoit notamment la mise en place d’un plan de biosécurité d’ici le 1er janvier 2020.
Il rend aussi obligatoire le suivi d’une formation à la gestion du plan de biosécurité et aux bonnes pratiques d’hygiène.

  • Ce texte prévoit un certain nombre de dispositions d’application immédiate en matière de :
    Gestion des flux de véhicules, matériels, personnes et animaux (nettoyage-désinfection des camions chargeant des animaux, sas sanitaire séparant la zone professionnelle et la zone d’élevage…),
    D’alimentation (interdiction des déchets de cuisine),
    De litière (stockage de la paille à l’abri des suidés sauvages),
    De lutte contre les nuisibles (dératisation)

Formation aux éleveurs :
Afin de garantir l’homogénéité de l’offre de formation INAPORC, FNP, Coop de France Pôle Animal, IFIP, SNGTV et GDS France ont souhaité définir, avec l’appui de VIVEA, un cadre commun à ces formations. Les objectifs de la formation :
• Connaitre les bases scientifiques et épidémiologiques de la peste porcine africaine ;
• Être capable de concevoir et de gérer un plan de biosécurité ;
• Être capable de mettre en œuvre les bonnes pratiques d’hygiène. 6800 éleveurs dont l’activité principale est l’élevage de porcs, auxquels il faut ajouter l’ensemble des personnes commercialisant au moins un porc ou un sanglier, seraient concernés par les mesures de biosécurité et l’obligation de suivre une formation.
Celle-ci sera prise en charge par VIVEA donc gratuite pour les éleveurs et devrait débuter à la fin du mois de janvier 2019.

« Article 6 : [ Le détenteur justifie d’un contrat ou d’une procédure de dératisation pour l’ensemble de l’exploitation …]
Et de gestion des cadavres.
« Article 7 : [Les cadavres sont collectés et conservés dans un équipement … Le bac est fermé, ne contient que …] [Les cadavres de plus grande taille sont conservés, protégés par un système de type cloche… ]
En savoir plus sur cet article…
“CONTENU MINIMAL DU PLAN DE BIOSÉCURITÉ”